Oct30
0

Perdre son sang froid…

Intelligence émotionnelle, Management et communication Partagez !

cheval en colereOu quand Amora, la déesse de la moutarde, vous monte au nez…

Une petite mésaventure survenue quelques heures avant l’écriture de ces lignes qui appelle à une profonde remise en question devant la perte de sang froid et le déclenchement de la grosse colère.

Je vous raconte le fait en version neutre, tel que j’aurais du le percevoir : un guichetier de banque refuse de faire une opération simple et courante – effectuée de nombreuses fois en d’autres agences – le versement d’une somme sur un compte tiers pour règlement d’une facture. Pas de quoi fouetter un chat dit comme ça. On va à l’agence d’à coté et on règle le problème. Mais…. 

La force des enjeux construits et/ou supposés

Mais cette peccadille devient facilement “mais qu’est ce que c’est que ce […]* de […]* qui comprend rien […]* mais c’est du délire mais vous êtes malade je fais ça tous les mois c’est quoi cette agence de […]*. Le coeur s’emballe, la respiration s’accélère, la haine et la colère vous envahissent, un brulant désir de vengeance se fait sentir, et vous êtes prêt à vaporiser la ville entière… 

perdre son sang froidEt oui… Qui n’a jamais ressenti cette montée (prétendument) irrésistible qui fait perdre tout contrôle de soit, et qui peut non moins facilement déboucher sur des accès de violences dus à cette colère, cet envahissement émotionnel qui fait se déconnecter la raison. Autant le dire tout de suite : c’est un poison, poison qui peut être mortel. Au plan émotionnel, relationnel, ou professionnel…

Qu’est ce qui déclenche ce flot d’adrénaline et autres hormones déclencheurs de la colère ? L’enjeu me direz vous. L’importance de l’enjeu. Son niveau de gravité supposé. Dans mon petit exemple – très personnel – l’enjeu perçu (ou construit…) est l’urgence liée au dernier délai, l’heure qui tourne (et donc risque de ne pas trouver une autre agence ouverte à temps). Et on “perd son sang froid”, c’est l’explosion.

Oui, c’est bien elle vous l’avez reconnue… LA PEUR….

 * : choisir l’expression qui vous convient

 

Question : Oui et de quoi ? Quel est le résultat de tout ca ?

 

Les résultats de cette perte de contrôle peuvent être dramatiques, que se soit dans un cadre familial, amical ou professionnel. La perte de confiance que cela induit chez les autres, la peur parfois que cela peut provoquer, peut tout simplement détruire une relation quelle qu’elle soit. Si l’on étend le problème au monde de l’entreprise, c’est encore pire. Un collaborateur ou un manager colérique peut ruiner une équipe, détruire “l’ambiance” et instaurer un climat de travail détestable dont les conséquences sur la vie de l’entreprise peuvent être profondément néfastes. Alors que faire ?

Les solutions

bon de colere

L’exutoire ?

Détourner sa colère sur autre chose, faire baisser la pression, “faire sortir” tout ça hors de soi. Sur le coup on se dit “ca fait du bien, ca soulage” de “péter un câble” comme on dit dans le langage courant. C’est une manière de percevoir les choses, mais si cela devient fréquent, la dose de stress ne fait qu’augmenter pour finalement arriver à l’explosion finale, ou le “burn out” comme on dit de nos jours. La saturation totale, l’impossibilité de faire face. Le poison a fait son effet… Et la peur, l’angoisse, elles, restent sauves. Le symptôme a été calmé, mais la source du mal reste en place.

 

je suis calmeMaitriser ses émotions ?

La vague moderne du zen à tout prix propose de “maitriser vos émotions”, de pratiquer la “pensée positive”, de distinguer des “émotions positives et négatives”, et de nombreux maitres et gourous proposent moult solutions qui vont des techniques respiratoires aux soins quantiques à distance (si si !) et parfois même invitent à l’invocation des “esprits supérieurs” (lesquels ? ). Certes maitriser ses émotions donnent des résultats. Mais en apparence uniquement. La pression, elle, reste. La peur reste. L’angoisse de départ subsiste. La encore on soigne le symptôme, pas la source : j’aurais pu partir calmement en considérant cet homme comme un ignare incompétent et partir la tête haute en le considérant comme un misérable vermisseau… Mais le mal serait resté.

blocage colereIdentifier les causes ?

Identifier la cause réelle de la colère pour résoudre le vrai problème. La colère étant ni plus ni moins qu’une dissimulation du sentiment primaire, qui peut être enfoui loin de la conscience.  Il ne s’agit plus de maitriser la colère (fausse solution), mais de la dépasser en la reconnaissant pour ce qu’elle est : un masque, une réponse du cerveau limbique à un signal de détresse.

La maitrise des processus qui permettent de faire ce retour au calme et cette identification constituent ce qu’on appelle l’intelligence émotionnelle, et on entend alors le véritable signal de détresse, et on traite le vrai problème.

La solution est en vous

On pourrait appliquer un superbe protocole d’apprentissage, et laisser croire ainsi que l’on gagne en “intelligence émotionnelle”. Non. Seules l’expérience et la prise de conscience des sources de nos émotions peuvent nous faire avancer et de nous libérer des débordements émotionnels. En fait,  “pas de méthode” globale applicable pour tout un chacun. Mais une personne=une méthode. La votre.

 

intelligence emotionelle Développer son intelligence émotionnelle

Comprendre le fonctionnement des émotions, identifier les déclencheurs, SE connaitre. Faire jouer la RAISON, par une analyse et une expérimentation qui permet non pas de maitriser, mais de “savoir jouer” avec ses émotions. Pourquoi certaines seraient négatives et d’autres positives ? En quoi la colère serait négative dans l’absolu ? L’intelligence émotionnelle permet de faire cela. Utiliser, “optimiser” notre potentiel émotionnel est certainement la voie la plus libératrice. Elle permet de désactiver le processus d’envahissement, de ne pas se laisser submerger par l’émotion. Il ne s’agit pas de “maitrise des émotions”, mais bien de la capacité à laisser la raison s’exprimer, et rétablir un équilibre immédiat qui permet de supprimer le poison que peuvent représenter nos emportements incontrôlés…

 

Que faire en cas de conflit ?

Que faire en cas de conflit ?

Un accompagnement personnalisé

Développer son intelligence émotionnelle n’est pas une voie facile, autant le dire. Réagir en cas ou face à la colère n’est pas la seule source possible de conflit, bien qu’en apparence le plus évident. Un accompagnement, un “coaching” permet d’avoir ce regard extérieur du guide qui offre l’opportunité d’expérimenter en profondeur le rôle et l’importance de nos émotions.

La puissance du rapport au cheval réside dans l’immédiateté des interactions émotionnelles, c’est vrai, mais surtout dans la force émotionnelle du cheval lui même. L’expérimentation directe des ressentis, de joie, de colère, de peur, ou même de honte ou de dégout offre une opportunité exceptionnelle d’exercer son intelligence émotionnelle, sans détour ni faux semblants. Un cheval ne construit pas de stratégie émotionnelle. Il réagit et vous propose une solution immédiate, selon votre ressenti réel, et vous permettra de progresser. Ici, et maintenant.

 

Vous aussi apprenez à développer
votre intelligence émotionnelle.
Rencontrez Hippocampe, votre émo-coach !

 

Je voudrais en savoir plus sur le développement de l’intelligence émotionnelle :

 

A propos de l’auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *